Reconnaître sa fatigue

La fatigue est le signe que l’organisme n’arrive plus à «faire face». Elle peut être de nature et d’intensité différentes selon l’effort fourni et la perception de chacun. Si elle s’exprime généralement par un manque d’entrain, de la lassitude et de la somnolence, elle avance quelquefois «masquée»…

Une question de définition

En médecine, il n’existe pas de définition communément admise, fiable et quantifiable de la fatigue (ou asthénie), car elle est très subjective. Les plus justes seraient : « la plainte d’un déséquilibre entre ce qui doit être accompli et ce qui peut l’être3 » ou « ne plus avoir les moyens de sa volonté sans en percevoir clairement la raison4» .

La fatigue physique : elle résulte d’un effort général lié à une sursollicitation de tout le corps. Les ouvriers et agriculteurs y sont plus exposés, mais s’occuper du ménage, des courses et des enfants est suffisant pour se retrouver «sur les rotules» : cette fatigue donne l’impression que les tâches à accomplir deviennent insurmontables.
La fatigue intellectuelle : le cerveau ne peut produire un effort indéfiniment ! Lorsqu’il n’a plus d’énergie, impossible de réfléchir davantage : la capacité de concentration et de mémorisation disparaît, un véritable «black out»! Cette fatigue affecte les professions intellectuelles et les étudiants.
La fatigue nerveuse ou psychique : des stress répétés ou prolongés mettent nos capacités d’adaptation à rude épreuve. La fatigue due aux soucis, au surmenage, au bruit et autres agressions de l’environnement augmente les niveaux d’adrénaline et de cortisol sanguins, ce qui rend irritable, découragé, tendu, enclin aux larmes… Au lien de faire dormir, cette fatigue donne des insomnies.

Bien entendu, l’organisme ne se compartimente pas aussi schématiquement. Un travail intellectuel sédentaire peut fatiguer le corps, un travail physique éreintant peut miner le moral… Très souvent, ces différentes sortes de fatigue s’associent ! 

Le saviez-vous ? La fatigue des moins de 20 ans s’exprime le plus souvent par une baisse de motivation. Les personnes âgées éprouvent le besoin de se reposer, tandis que les actifs souffrent plutôt de troubles de sommeil2.

Pas seulement un manque d’énergie

La fatigue s’exprime en premier lieu par un sentiment de lassitude générale, de manque d’énergie et de force, des «coups de pompe» accompagnées de bâillements et d’envies de dormir. D’autres signes moins évidents, parfois paradoxaux, peuvent s’y associer :

• Des difficultés à se relaxer et à s’endormir, un mauvais sommeil,
• De la déprime, du pessimisme, de la démotivation, mais aussi de l’irritabilité, de la nervosité,
• Des troubles de la mémoire, de la concentration,
• Des troubles digestifs divers (spasmes, ballonnements).
• Une perte du désir et du plaisir sexuel.

Normale ou pas ?

La fatigue est le résultat d’un effort : l’organisme réclame ainsi du repos. Il est logique d’être fatigué après de dures journées de travail ou d’étude, un entraînement sportif, une nuit festive, mais aussi après une grippe. Cette fatigue disparaît après une phase de récupération : selon les cas, une sieste, une bonne nuit de sommeil, quelques jours de vacances. Nous sentons bien qu’elle est normale et ne nous gêne pas véritablement: elle peut même s’accompagner d’un sentiment positif de détente et d’accomplissement.

Prenez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin si votre fatigue est intense ou durable, s’accompagne d’autres symptômes (amaigrissement, perte d’appétit, douleurs, fièvre) même modérée, ou tout simplement… vous inquiète. 

Une fatigue, des fatigues

On distingue habituellement :
La fatigue musculaire: elle concerne surtout les sportifs. Un muscle qui fait un effort utilise le sucre qui s’y trouve et accumule progressivement de l’acide lactique. Ce déséquilibre finit par l’empêcher de se contracter davantage. Il manifeste son besoin de repos en ne « répondant » plus et… bonjour les courbatures !

Retour

2 Ipsos-Le Quotidien du Médecin / les laboratoires THERVAL, 2000
3 Horn (2002) dans : Recommandations de bonne pratique : la fatigue en médecine générale, Drs Catherine Magnette et Bob Gérard, SSMG 2005
4 Asthénie (186), Professeur Christian Massot – Corpus médical PDA 2002 

Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière : www.mangerbouger.fr